GS Trophy 2012.

Traversée de l'Amérique du Sud en 7 jours.

Au classement final, le trio allemand remporta largement la compétition avec 18 points d'avance sur les Français. Ces derniers étaient des athlètes naturellement talentueux, qui regretteront dans doute l'opportunité d'accumuler des points supplémentaires en ne soumettant pas d'entrée à la première édition du concours photo. Les Italiens vinrent compléter le podium, sur la base de leurs performances solides et constantes tout au long de la semaine. Cependant, l'ethos du GS Trophy n'a que peu à voir avec la victoire. Des valeurs, telles que l'esprit d'équipe, et la camaraderie sont mises à l'honneur, de même que l'opportunité de vivre une aventure exceptionnelle avec des personnes du monde entier partageant une même passion. 

+ Lire la suite

Alors que les pilotes pénétraient à moto dans le complexe de Trailanqui près de Temuco, au bout de sept jours de défis et tribulations à deux roues, le soulagement et la joie étaient inscrits sur leur visage. Une large palette d'émotions fortes habitait cette communauté internationale soudée par l'amour des motos GS et du style de vie inspiré par BMW. 

Parmi les pilotes, on trouvait quelques invités spéciaux, dont Heiner Faust, le vice-président du service Sales and Marketing de BMW Motorrad, qui affirma : « L’Amérique du Sud était l'endroit parfait pour ce troisième GS Trophy. Regarde autour de toi, tout le monde est tellement heureux d'être ici et de partager cette aventure. Pour les participants, c'est une opportunité unique et je suis fier de la marque GS Trophy que nous construisons aujourd'hui. »

La caravane de pilotes de F 800 GS comptait également le directeur du Musée BMW, Ralf Rodepeter, chevauchant également une 800cc BMW GS twin, un modèle tout particulier cependant, sorti des lignes de production de Berlin il y a 28 ans. Cette édition R 80 G/S Paris Dakar est généralement exposée au Musée BMW de Munich, avec le reste de la collection BMW Classic. Sans pour autant participer à la compétition, Ralf était déterminé à parcourir chaque kilomètre du GS Trophy sur cette GS emblématique de première génération qui, depuis, sert d'inspiration à la conception de chaque nouvelle version du modèle. Commentant sur son expérience du GS Trophy 2012, Ralf déclara qu'il « s'agissait probablement de la meilleure expérience à moto de ma vie. L'occasion d'emmagasiner des souvenirs inoubliables. »

Son opinion était partagée par de nombreux participants, dont Shinichi Yamashita de l'équipe du Japon, qui nous confia : « On en voit enfin le bout, mais j'adorerais revenir pour recommencer. J'ai vraiment aimé toutes les épreuves et les défis spéciaux, notamment en montagne et le cinquième jour dans la forêt vierge : la pluie avait compacté la poussière et nous avons été récompensés par des vues imprenables et une chevauchée exceptionnelle. Au Japon, j'ai une BMW F 800 GS, c'est une bonne moto pour partir à l'aventure, mais là, ce voyage, c'était autre chose : la rencontre de personnes formidables, du monde entier. Je viens de passer les meilleurs moments de ma vie. » 

+ Lire la suite


Le pilote britannique, Cameron Thompson, ne trouvait pas les mots pour décrire son expérience, mais, se reprenant, il a réussi à expliquer ce qui, selon lui, faisait du GS Trophy, une expérience si bouleversante : « Il s'est passé tellement de choses que c'est presque trop difficile à expliquer, » déclara-t-il. « Cette traversée de la Patagonie est la meilleure expérience que j'ai jamais vécue en tant que pilote - mais bon, pour le comprendre, il faut rouler en GS. Parcourir ces routes, rouler comme on l'a fait, révèle une nouvelle dimension des capacités de la moto. J'ai mis la 800 GS dans des situations particulièrement difficiles toute la semaine, mais elle s'en est toujours tirée avec aisance. Sur la ligne de départ, l'équipe du Royaume-Uni était championne en titre, mais nous ne sommes en aucun cas déçus de ne pas avoir conservé le titre – on avait affaire à des pilotes particulièrement talentueux. Avant de faire le voyage pour l'Amérique du Sud, ma femme m'a dit que le simple fait d'y aller faisait de moi un gagnant – maintenant, je sais ce qu'elle voulait dire. » 

+ Lire la suite

L'équipe d'Afrique du Sud s'est inscrite en retard cette année, mais s'est révélée très populaire pendant l’événement, surtout après avoir enseigné aux autres équipes à « ululer » (un cri de guerre aigu). Ils ont ainsi largement contribué à augmenter le volume sonore des repas suivants et des défis spéciaux, à partir de la quatrième journée. Pour Wayne, participer au GS Trophy était un rêve devenu réalité, d'autant plus que l'Afrique du Sud avait accueilli avec brio l'édition 2010 : « Ça a été une aventure excellente, dépassant largement mes attentes, » nous confia-t-il. « En fait, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre au début. Des rencontres avec des gens de pays et cultures variés, les repas, l'organisation, etc. Ce voyage m'a fait découvrir de nombreux aspects remarquables. Le parcours était génial ; une partie du terrain en Patagonie est très similaire à la région de Karoo en Afrique du Sud et ma F 800 GS a assuré. Chez moi, j'ai une R 1200 GS Adventure, c'était super de pouvoir essayer ce modèle de GS, plus petit, plus maniable et si agréable. » 

+ Lire la suite

Tout comme le Japon, l'Italie et l'Allemagne, les Américains ont participé à toutes les éditions du GS Trophy. Membre de l'équipe et pilote de F 800 GS, Carlo Boffi était ravi d'avoir pu participer : « Je suis triste que ce soit déjà terminé, » indiqua-t-il. « Je me suis tellement amusé ! C'était super de rencontrer d'autres passionnés et j'ai particulièrement apprécié de participer aux défis spéciaux. Je ne m'attendais pas à m'amuser autant, c'est pour ça que j'aimerais pouvoir continuer une semaine de plus. Ça me fait un pincement au cœur que de devoir me séparer de ma moto ici, et pourtant j'ai une 2009 F 800 GS à la maison, avec laquelle j'ai déjà fait l'aller-retour de New York jusqu'en Patagonie, il y a quelques années. Cette nouvelle version a bien tenu le coup. À part quelques impacts en route, elle est vraiment très bien. Mon équipe, Ryan, Chad et moi, semble avoir passé pas mal de temps à réparer des crevaisons – deux pour nous, six pour les autres équipes, sans oublier une sur une remorque de camion d'assistance – mais cela ne nous a pas empêché d'apprécier l'atmosphère de camaraderie qui régnait sur le GS Trophy. J'ai investi 200 $ dans l'épreuve de qualification et regardez un peu l'expérience et les souvenirs que j'en ramène – C'est ce que j'appelle un fantastique retour sur investissement ! »

+ Lire la suite

Bien que l'équipe américaine ne se soit jamais rencontrée avant son arrivée à Santiago, au Chili, ses membres ont immédiatement formé une équipe soudée et ont contribué à l'atmosphère unique du GS Trophy. Chad Yoshitomi d'Alaska résume son expérience en ces mots : « Je suis tout simplement submergé par les émotions. Le GS Trophy a été une expérience extraordinaire pour moi. BMW Motorrad a organisé un événement exceptionnel, qui a dépassé mes attentes. Je n'aurais jamais imaginé être aussi heureux. La moto était parfaite. J'ai une R 1200 GS Adventure chez moi, en Alaska. Du coup, j'ai trouvé la F 800 GS légère, maniable et peu gourmande en matière de carburant. En bref, je doute qu'il soit possible de faire mieux que le GS Trophy – L'expérience a été exceptionnelle, de A à Z. » 

+ Lire la suite

La solidarité entre les différentes équipes nationales était évidente pendant toute la durée du GS Trophy, un fait qui n'est pas passé inaperçu d'Andrey Sokolov, membre de l'équipe russe : « J'adorerais pouvoir faire demi-tour et recommencer. Je suis prêt à repartir, » affirma-t-il « Le retour à la réalité est assez rude. On se rend compte qu'on est à la fin de ce long voyage et qu'on s'est lié d'amitié avec de nombreuses personnes de différents pays, partout dans le monde. J'espère qu'on aura la chance de se revoir - peut-être à l'occasion d'un autre GS Trophy ! » 

+ Lire la suite
«
Je suis tout simplement submergé par les émotions. Le GS Trophy a été une expérience extraordinaire pour moi. BMW Motorrad a organisé un événement exceptionnel, qui a dépassé mes attentes. Je n'aurais jamais imaginé être aussi heureux.
»

Chad Yoshitomi d'Alaska

Mais les équipes ne sont pas les seules à avoir apprécié le GS Trophy ; chaque équipe était accompagnée d'un journaliste, qui les a suivi toute la semaine, a participé à certains défis spéciaux et a aidé à motiver et guider le trio de pilotes au fil d'une variété de tâches difficiles. Bien que son expérience de motard tout-terrain fût limitée, le journaliste britannique, Martin Fitz-Gibbons, afficha une courbe d'apprentissage accélérée de la ligne de départ à la ligne d'arrivée à Trailanqui. Il s'est montré soulagé d'avoir atteint, indemne, la fin de cette semaine de chevauchée extrême : « Ce n'était certainement pas des vacances, mais bien un vrai défi ici en Amérique du Sud – un défi que je suis incroyablement soulagé d'avoir achevé, » déclara le rédacteur du magazine BiKE. « Avant le départ, j'étais anxieux, parce que je n'avais eu que six jours de formation tout-terrain avec Simon Pavey et son équipe, à l'école BMW au Sud du Pays de Galles. Mais je dois avouer qu'ils m'ont vraiment bien préparé et je suis fier de pouvoir dire que je suis resté sur ma moto toute la semaine ! La F 800 GS est vraiment une bonne moto. Elle n'est pas nécessairement facile à enfourcher au premier abord, mais l'expérience s'est révélée incroyablement enrichissante. Je ne connais pas de meilleure moto pour partir à l'aventure. »

Bien qu'ils aient semblé plus sérieux que certains de leurs concurrents, les vainqueurs de la compétition, l'équipe d'Allemagne a dévoilé son côté humoriste lors de la soirée de remise des prix, en ôtant un à un ses vêtements pour révéler des combinaisons moulantes colorées. Chacun portant une couleur du drapeau allemand, c'est donc en sous-vêtements qu'ils se sont avancés vers l'avant du restaurant pour recevoir leurs trophées : « C'était super de se retrouver tous ensemble au point de départ de cette aventure, » déclara Tobias Weiser, un membre de l'équipe, une fois les festivités terminées. « Ce GS Trophy a dépassé toutes mes attentes. On s'est tellement bien marré ! Surtout avec les Brésiliens et les Argentins. En fait, ce sont toutes les personnes que j'ai rencontrées ici qui ont rendu ce voyage aussi spécial. J'ai une HP2 à la maison, mais j'ai vraiment apprécié la F 800 GS et pourtant je suis très grand. En fait, je viens de passer les meilleurs moments de ma vie, ici, en Amérique du Sud. » 

+ Lire la suite

Pour notre éclaireur en chef et l'un des principaux organisateurs, Tomm Wolf, le sentiment était au soulagement intense, ainsi qu'à la satisfaction, face au succès de cette troisième édition du GS Trophy International : « De mon point de vue, travailler et plaisanter avec les différents concurrents et le personnel d'assistance fut une expérience super. La phase de planification a été longue pour ce GS Trophy et je suis ravi – et soulagé – de voir que tout le monde en est revenu sain et sauf ! Un nombre incalculable de personnes a apporté une contribution essentielle à l'organisation de cet événement – on n'aurait jamais pu y arriver sans eux. Mais pas question d'en rester là, nous réfléchissons déjà à la prochaine édition. Dans deux ans, nous repartirons pour un nouveau GS Trophy, et peut-être y retrouverons-nous certains de ces pilotes hors pair... » 

+ Lire la suite

Pour résumer l'événement, Michael Trammer a fait écho au sentiment selon lequel, lors du GS Trophy, la compétition, elle-même, s'est rapidement effacée pour faire place à un sens d'unité et de passion partagée par ces fans de GS du monde entier : « Tout le monde sort vainqueur du GS Trophy, car après la semaine que nous avons passée ensemble, nous formons désormais une grande famille. » « Cette expérience restera gravée dans nos mémoires – et c'est là, la meilleure des récompenses. »

+ Lire la suite
«
J'ai vécu le GS Trophy comme une grande réunion de famille.
»

Hans de Visser, BMW Motorrad Directeur du service Marketing

Les derniers remerciements nous viennent du Directeur du service Marketing de BMW Motorrad, Hans de Visser : “J'ai vécu le GS Trophy comme une grande réunion de famille. Bien que nous soyons en Amérique du Sud, nous recevions tellement de messages de soutien aux différentes équipes de la part de nos nombreux fans en ligne, que nous avions l'impression d'être revenus au bon vieux temps, celui où on envoyait encore des cartes postales à sa famille et ses amis.  »  

+ Lire la suite
Regarder la vidéo des temps forts de l'événement
D'autres histoires susceptibles de vous intéresser.

Les autres modèles de la gamme.

spinner