Vivre pour piloter.

Piloter pour vivre.

Déterminée à réussir

Trouver sa place en tant que femme dans un monde d'hommes n'est pas facile, mais cela n'a jamais découragé Inga Birna Erlingsdóttir. Lorsqu'elle a intégré l'école de police islandaise, elle a choisi la police motocycliste. Elle savait qu'il était difficile d'être accepté dans la police motocycliste, mais cette brunette aux yeux bleus était plus que jamais déterminée à obtenir le travail sur deux roues si convoité.

« Ce fut formidable lorsque j'ai enfin eu l'occasion de faire mes preuves », déclare cette motarde de 38 ans de Mosfellsbær. « À l'issue d'une longue période de formation, et après avoir gagné le respect de mes pairs, j'ai commencé mon service de police sur une moto en mai 2015. Lorsque les gens dans la rue aperçoivent ma longue tresse dépasser de mon casque, ils ont toujours besoin de regarder deux fois - ils ne s'attendent simplement pas à voir une policière motocycliste ! »

+ Lire la suite

La détente après le travail.

La détente après le travail.

 

Piloter une moto a toujours été vital dans la vie d'Inga. Lorsqu'elle ne patrouille pas dans les rues de Reykjavik, elle part en virée moto sur sa propre BMW F 650 GS. Elle a toujours désiré une moto BMW. Mais il y a huit ans, lorsqu'elle a commencé à en chercher une, elle n'a pas pu en acheter en Islande.

 

+ Lire la suite

 

« J'ai décidé d'importer une GS du Danemark, car je n'en trouvais aucune en Islande. J'ai organisé le transport, récupéré ma machine au port, et l'ai conduite jusqu'à chez moi. C'était le début d'une grande passion pour la marque. Je suis persuadée d'être la première femme à posséder une GS en Islande ».

 

+ Lire la suite
«
Ma participation au tour de qualification m'a donné un objectif et une mission - encourager davantage d'Islandaises à piloter une moto.
»

Inga Birna Erlingsdóttir

La victoire à portée de main

Quand Inga a appris que BMW Motorrad prévoyait de former une équipe féminine pour le GS Trophy International, elle a immédiatement su qu'elle voulait faire partie de cette initiative passionnante. « Honnêtement, je n'aurais jamais imaginé qu'ils allaient me choisir. J'ai envoyé mon message vidéo, et le jour de mon anniversaire, j'ai reçu un courrier électronique qui m'annonçait avoir été présélectionnée. J'étais extatique ». Quelques semaines plus tard, Inga s'est envolée vers l'Afrique du Sud, où elle a rencontré les neuf autres pilotes féminines de GS qui avaient été choisies sur un total de 120 femmes motocyclistes.

Elles se sont battues ensemble pour la chance de représenter leur pays (et leur genre) au GS Trophy International, l’une des plus grandes compétitions de motos hors circuit pour les clients du monde entier. « Déjà, lors de la première réunion, je me suis rendue compte qu'il s'agissait d'un groupe de femmes très spécial car chacune d'entre elle avait eu la chance de participer au tour de qualification. Personnellement, je ne considérais pas cela comme une compétition puisque j'étais simplement sur mon petit nuage de pouvoir participer pour la première fois à une course avec d'autres femmes ! »

 

+ Lire la suite

Après une série d'intenses tours de qualification sur trois jours au Country Trax Enduro Park, Inga a terminé cinquième et n'a donc pas pu intégrer l'équipe féminine. Mais après sa déception initiale, elle a rapidement commencé à réfléchir sur l'expérience incroyable qu'elles avaient vécue ensemble, l'atmosphère unique et l'esprit de camaraderie ressentis au sein de cette communauté mondiale de motardes.

+ Lire la suite

 

« Ma participation au tour de qualification m'a donné un objectif et une mission - encourager davantage d'Islandaises à piloter une moto », déclare Inga avec un réel enthousiasme. « Une fois rentrée chez moi, j'ai contacté toutes les femmes qui s'intéressaient à la conduite hors circuit afin d'organiser une rencontre. Nous avons roulé jusqu'à un site où nous pouvions nous entraîner ensemble. Nous ne possédions pas toutes une BMW GS, mais nous étions enthousiasmées par les possibilités qu'offrait cette moto. C'est ainsi que j'ai découvert ma passion pour l'enseignement. Piloter une GS a radicalement changé ma vie ».

 

+ Lire la suite

La fin de l'isolement.

Inga reste toujours en contact avec les pilotes de GS qui ont participé à la qualification en Afrique du Sud. Elle a même rencontré les quatre gagnantes lors des journées BMW Motorrad qui ont eu lieu en juillet en Allemagne. « Faire partie de la communauté de BMW Motorrad est un rêve devenu réalité pour moi.

Grâce à la moto que je conduis, j'ai désormais des amis dans le monde entier. Lorsque tu rencontres ces personnes, c'est comme si tu rencontrais un membre de ta famille - elles partagent toutes la même passion et continueront à faire en sorte que l'esprit GS perdure ».

+ Lire la suite

La vie sur l'île

En plus de piloter une moto, Inga est également une artiste talentueuse et mère célibataire d'un garçon de 16 ans, qui pratique la gymnastique de compétition. Voyager dans le monde entier sur sa moto avec son fils est l'un de ses grands rêves. En attendant, elle souhaite promouvoir l'Islande comme destination de vacances d'aventure.

+ Lire la suite

« Il existe peu d'endroits aussi beaux que l'Islande comme destination de voyage pour les motards, et la raison pour laquelle j'ai une GS est qu'elle me permet d'aller exactement où je veux. J'adore les hauts plateaux et les montagnes avec leurs couleurs et leurs paysages à couper le souffle. Ce pays est idéal pour les voyages d'aventure en moto, en particulier avec les agences de voyage, telles que Biking Viking, dont la flotte comprend des BMW GS depuis qu'elle a commencé à proposer des circuits ».

+ Lire la suite

Après avoir découvert par elle-même les avantages de la formation, l'esprit de camaraderie et les voyages, Inga est déterminée à partager ses connaissances avec les autres afin de les aider à devenir de meilleures pilotes. Elle planifie également de devenir éducatrice sportive motocycliste afin de permettre à d'autres de découvrir la joie de la conduite. « Je considère qu'il est de mon devoir de vivre ma vie comme une réelle aventure.

Pendant les longs mois d'hiver en Islande, je suis toujours malheureuse parce que je dois rester dans une voiture de police. Je me sens si bien lorsque que je peux à nouveau porter mon casque dès l'arrivée du printemps. Lorsque j'enfourche une moto, tout ce que je veux, c'est partager cette joie avec les autres. Pouvoir partager sa vie et sa passion avec tout le monde lorsqu'on pilote une moto, n'est-ce pas cela le plus important ? »

+ Lire la suite
D'autres histoires susceptibles de t'intéresser.
Des motos adaptées.