Un million de kilomètres.

100 pays traversés à moto.
Elle a été mise à rude épreuve : voici la R 1200 GS Adventure que Martin a pilotée lors de ses expéditions dans le désert.
Martin utilise des motos BMW pour ses expéditions depuis 1991. Pour Heiner Faust, Directeur Commercial et Marketing de BMW Motorrad, l'aventurier est plus qu'un représentant de la marque BMW Motorrad, il est également un pilote d'essai : car sur sa moto, Michael s'attaque à des conditions extrêmes que la plupart des motards ne recontrent pas.
+ Lire la suite
«
Dans le désert, la moto agit comme un catalyseur pour les rencontres avec les gens.
»

Entretien avec Michael Martin.

Dans cet entretien avec BMW Motorrad, Martin partage ses expériences avec la GS, les dangers des endroits les plus extrêmes, ainsi que des conseils pour conduire une moto dans le désert.
Tu pilotes souvent ta GS dans le désert. Pourquoi est-ce que tu voyages en moto et pas en voiture ?
La GS est la moto parfaite pour le désert parce que c'est une moto extrêmement robuste. Elle a beau être lourde, elle peut également porter beaucoup de poids. Lorsque je suis sur une moto, je me sens plus en phase avec le paysage et avec les gens, sans parler des odeurs, des températures et des vents qui changent de direction. N'importe quel motard sait de quoi je parle.
Tu dis souvent que les locaux t'accueillent à bras ouverts lorsque tu es sur une moto. À ton avis, pourquoi ?
Dans le désert, la moto agit comme un catalyseur pour les rencontres avec les gens. En Inde, en Afrique ou en Amérique du Sud, les gens sont fascinés par les motos, je peux donc faire des rencontres plus facilement. Tu attires aussi beaucoup d'attention lorsque tu débarques dans un village, absolument exténué sur une moto pleinement chargée. Les locaux comprennent que tu as parcouru de longues distances.
+ Lire la suite
Est-ce que tu modifies tes motos ?
J'ai toujours aimé les motos d'origine. Je n'aime pas modifier beaucoup de choses sur une moto, en particulier sur la GS étant donné que c'est déjà une excellente moto, très robuste, à la base.
Que ressent-on quand on roule à moto dans le désert ? Tu as dû apprendre comment faire avant ?
Il faut apprendre à conduire une moto dans le désert d'abord et ça peut s'avérer dangereux. Le risque de chute est plus important dans le désert. Je ne peux que recommander le port d'une protection dorsale, de bonnes chaussures et d'un bon casque. Car dans le désert il n'y a pas d'hélicoptères pour nous secourir. J'ai fait quelques chutes mais rien de grave. Ça m'a pris un certain temps avant de réussir à rouler sur le sable ou les chemins de terre.
Comment es-tu parvenu à conduire la moto dans les déserts de sable ?
Actuellement, j'arrive à bien conduire sur le sable avec la GS. Au début, c'était un défi assez particulier pour moi. Il faut beaucoup de courage et de très bons talents de pilote pour manœuvrer une moto de 400 kilos dans le désert.
Est-ce que tu as des conseils pour les motards qui veulent s'aventurer dans le désert après avoir vu ton projet ?
D'abord, il faut choisir le bon moment de l'année. Dans l'hémisphère sud, j'aime conduire lorsque c'est l'été chez nous, car dans l'hémisphère sud, c'est l'hiver à ce moment-là. Il faut également faire très attention aux paramètres de sécurité. Aussi, il vaut mieux profiter des heures de clarté pour avancer. Monter la tente ou prendre des photos, cela peut attendre jusqu'à la fin de la journée.
+ Lire la suite
Lire l'entretien complet.
D'autres histoires susceptibles de vous intéresser.

Les autres modèles de la gamme.

spinner