Le conquérant GS.

Miquel Silvestre : du lecteur avide au motard passionné.

Celui qui cherche à comprendre les chemins pris par l'aventurier Miquel Silvestre doit se plonger dans l'histoire espagnole. Selon Miquel, il faudrait plus d'une vie entière pour découvrir le monde entier. Il prend donc la route en suivant les traces de conquérants, marins et naufragés espagnols comme Francisco de Cuéllar, González de Clavijo ou Emilio Bonelli.

Il les suit à travers l'Europe jusqu'en Asie et en Afrique. De cette façon, il tente d'en savoir plus sur l'histoire de ses ancêtres, pour ensuite décrire les trésors en partie oubliés des conquêtes espagnoles dans ses reportages. Miquel ne fait pas confiance aux livres d'histoire, aux médias ou aux faiseurs d'opinion. Il veut voir la vérité de ses propres yeux, pas au travers d'un écran.

+ Lire la suite

Very good, my friend

Miquel Silvestre sur les pas de ses ancêtres espagnols.

« La seule manière de se faire une image des évènements dans le monde est de voyager », dit Miquel, « ou de croire ceux qui étaient vraiment là et ont appris à connaître un pays dans toutes ses complexités entre beauté, sauvagerie, pauvreté et destruction. » Miquel prend le temps nécessaire pour cela, se mêle avec les habitants et apprend à les connaître et à comprendre leur culture. « En tant qu'étranger, il est important de montrer que tu ne constitues pas une menace », dit-il et il nous raconte une rencontre en Indonésie. Les personnes là-bas montraient un comportement contenu et sérieux à son égard.

+ Lire la suite

Un jour qu'il achetait des bananes à une vieille dame méfiante, il l'a remerciée en disant : « very good, my friend ». La femme a compris et a souri. La phrase est devenue une devise qui l'a rapproché – comme la moto – du pays et de ses habitants. « La moto est le meilleur véhicule pour voyager. Elle est comme un balcon avec vue sur le monde. Être sur la route en voiture, c'est comme être assis isolé dans une boîte. Tu rates l'émotion, l'agilité, la liberté et la confiance en soi que te procure un élargissement de tes horizons au-delà de ce que tu pensais possible. »

+ Lire la suite
«
Les personnes qui achètent une GS porte l'esprit de GS en eux comme un virus. À un certain moment, il finira par se déclarer et tu commenceras à vivre ton rêve. Parce qu'avec la GS, tu as l'outil pour libérer ton esprit.
»

Miquel Silvestre

TOUT POUR LE LIVRE

En quête de vision pour un roman.

En quête de vision pour un roman.

Miquel Silvestre a pris la route pour sa première grande aventure de voyage à moto en 2008. Il était en quête de vision. Miquel était en fait un chercheur. Il voulait trouver des idées pour son nouveau livre quelque part sur un itinéraire poussiéreux et difficile. Entre son travail à temps plein et sa vie quotidienne, il avait perdu sa muse. Il avait économisé suffisamment et a pris un congé sabbatique à son travail de conservateur de la propriété foncière, un emploi sûr, mais tout autant ennuyeux à ses yeux.

+ Lire la suite

Pour l'anectode, c'était la profession que le président Rajoy pratiquait également avant son investiture. « J'ai choisi une mauvaise vie pour pouvoir enfin vivre », dit Miquel. Plus de salaire fixe, juste les revenus de l'écriture, de la photographie et de la réalisation pour des journaux et des magazines. Avant de partir, il a emballé proprement ses affaires dans des caisses et les a amenées chez sa mère. Costumes sur mesure, montres et chaussures en cuir hors de prix. C'était il y a huit ans. Les caisses sont toujours là. « J'ai perdu la peur de perdre toutes ces choses », dit Miquel

+ Lire la suite

Entraînement à la plume.

Entraînement à la plume.

Pendant son congé sabbatique, il a d'abord roulé jusqu'en Toscane, en Italie. Là où d'autres passent leurs vacances, Miquel a pris le sentier des conquérants espagnols sur lesquels il avait tellement lu quand il était enfant. À l'époque, le monde aventureux des marins et des diplomates l'ensorcelait et il préfèrait dévorer des livres plutôt que de jouer au football avec ses copains. À présent, il vit ces expéditions et écrit ses propres livres. D'Italie, il a voyagé à travers l'Europe jusqu'en Irlande, où il a passé huit mois.

+ Lire la suite

« J'ai rencontré les légendes entourant l'Invincible Armada espagnole du roi Philippe II qui est parti en guerre contre l'Angleterre en 1588 », raconte Miquel. Il a écrit sur ce chapitre complètement oublié de l'histoire espagnole dans ses reportages pour les grands journaux ABC et El País. Ceux-ci lui ont permis de se maintenir à flot financièrement et en même temps ont également servi de bon entraînement à la plume. En fait, Miquel était toujours aux aguets pour l'idée géniale d'un roman, jusqu'à ce qu'il réalise que ses expériences et découvertes devaient constituer le contenu de son livre. « Les découvertes de mes voyages à moto étaient plus incroyables que l'imaginaire ne pourrait jamais dépeindre. »

+ Lire la suite
«
Dans mon casque, j'ai regardé un film sans fin, qui ne me lâchait plus.
»

Miquel Silvestre

Un million de pierres

L'aventure signifie élargir tes horizons au-delà de ce que tu avais pensé possible.

La moto tel un balcon avec vue sur le monde.

La moto tel un balcon avec vue sur le monde.

Pourquoi les gens deviennent-ils aventuriers ? Miquel s'est posé cette question et est arrivé à la conclusion : c'est une forme de résistance face à l'âge adulte. Dans un tour du monde, pas un jour ne passe sans connaître la peur et l'euphorie. C'est la vie pleine, excitante, où tu ne dois pas fonctionner comme sur une chaîne de montage, mais dans laquelle tu êtes encore un peu un enfant. Pas de routine, pas quotidien. « Ceux qui roulent en GS ont précisément ce désir d'aventure au fond d'eux-même. Même si tu ne planifies pas de grand tour du monde maintenant, tu as toujours l'opportunité de prendre le chemin de l'aventure et de vivre ton rêve », dit Miquel.

+ Lire la suite

Après son congé sabbatique, Miquel ne pouvait retourner à sa vie sur la « chaîne de montage ». Il avait changé. « Ma vie avant me semblait vide. Parce que dans mon casque, j'ai vu un film qui ne s'arrête jamais. » Il a quitté son travail, est remonté sur sa moto et a traversé le continent africain. « Les choses que je connaissais sur l'Afrique avant mon voyage me faisaient peur. Mais quand j'étais là-bas, je n'ai pas vu que la faim, la guerre et le sang, comme les médias le suggèrent, mais l'amabilité et une grande volonté d'aider. Oui, il y a des conflits, mais ce n'est pas où il faut placer la loupe. »

+ Lire la suite

Un livre qui change tout.

Un livre qui change tout.

Lors de son voyage à travers l'Afrique, Miquel a rencontré des personnalités étranges et s'est retrouvé dans des situations absurdes. Suffisamment de matériel pour enfin écrire son roman : « Un millón de piedras » – un million de pierres. Deux cent quarante pages, remplies d'histoires sur ses rencontres dans les déserts, savanes et jungles du continent noir. « Je suis fier de ce livre », dit Miquel. « Je ne pensais pas au succès et à ce que les lecteurs pourraient en penser. Je l'ai écrit pour moi. »

+ Lire la suite

C'était un livre qui allait tout changer. Miquel a commencé à faire de la photo de manière plus systématique et s'est également mis à filmer ses voyages depuis lors. Il était aussi présent sur les médias sociaux, et a été approché par des magazines et des sponsors, et finalement par la télévision espagnole. Il y a eu sa propre série. « Ce n'est certainement pas un programme uniquement regardé par les motards. Je pense que je rapproche les gens du monde de la moto et de la GS. »

 

 

 

 

 

+ Lire la suite
«
Je ne suis pas intéressé par les réunions de bikers et les excursions de groupe. Je suis un motard solitaire à la veste de cuir noir qui se sert de la moto pour s'échapper du troupeau au lieu de le rejoindre.
»

Miquel Silvestre

Un nomade appelé Big Monkey.

Les voyages de Miquel sont devenus de plus en plus longs, et les distances de plus en plus grandes. Après son voyage à travers l'Afrique, il a parcouru l'Amérique du Nord, l'Asie centrale et l'Orient. Toujours seul. Il était libre, voyageant léger à travers des continents entiers, et a associé sa rage de l'écriture à l'incarnation de la liberté, comme il le dit lui-même : la moto. Je ne suis pas intéressé par les réunions de motards et les excursions de groupe. Je suis un motard solitaire à la veste de cuir noir qui se sert de la moto pour s'échapper du troupeau au lieu de le rejoindre. Miquel a vécu comme un nomade dans ses voyages. Simple et primitif.

Sa barbe a poussé, son estomac a pratiquement tout enduré et il a même réussi a dormir très loin de toute zone de confort. Son surnom de Big Monkey ne pourrait être plus approprié. La privation a appris à Miquel à chérir les petites choses de la vie de tous les jours et son foyer. Aussi, il cherche à retourner en Espagne après chaque long voyage. « Tu peux vivre très bien ici. Il y a la liberté, la sécurité, un bon climat, des paysages magnifiques, du jambon ibérique et de l'huile d'olive. » Et sans oublier : l'amour de sa vie.

+ Lire la suite

Moments mystiques au Mont Ararat.

LE PROCHAIN CHANGEMENT RADICAL

En 2015, Miquel a épousé la journaliste de télévision Teresa Perales. Pour un documentaire, Teresa devait interviewer quelqu'un qui avait radicalement changé de vie. Par exemple, un conservateur de la propriété foncière devenu nomade : Miquel. Les deux étaient aussi différents l'un de l'autre qu'un fonctionnaire et un nomade, et pourtant, il est rapidement devenu clair qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. « Au début, tu fais toujours semblant de trouver génial tout ce que l'autre personne fait », dit Miquel avec un sourire narquois. « Quand nous nous sommes mis ensemble, je l'ai invitée à un voyage en moto aux États-Unis. Le deuxième jour, elle n'est pas remontée sur la moto, elle a préféré louer une voiture et me suivre. Nous avions simplement des idées complètement différentes au sujet des voyages. »

+ Lire la suite

Un mariage change-t-il ta vie ? Probablement pas autant que ce qui vient après. Au cours de l'été 2016, Alejandro, du nom du conquérant d'Alexandre le Grand, est né. « Il était clair que je n'allais pas vivre cette vie de nomade pour toujours », dit Miquel. « À présent, je veux réaliser plus de projets en Espagne, je vais donc revenir en quelque sorte, mais pas à mon ancienne vie. » Il n'est plus le Miquel qui travaille « sur la chaîne de montage ». Il a réappris à jouer, à redevenir l'enfant qui avait été englouti par la vie de tous les jours. « Un aventurier est quelqu'un qui poursuit des émotions enfantines. Observer le développement de mon fils m'aide à rester toujours l'enfant que j'avais redécouvert lors de mes voyages. »

+ Lire la suite

Le journal intime d'un nomade

D'autres histoires susceptibles de t'intéresser.
Des motos appropriées.