Micha et sa K 100 «Kraftherz».

La moto comme moyen d'équilibrer sa vie.

Michaela Sonderegger a grandi dans son pays natal, l'Autriche, et a acheté sa première moto à l'âge de 16 ans, avec l'argent de son job d'été. Quelques motos et de nombreux kilomètres plus tard, nous faisons la connaissance de l'économiste, sur la K 100 qu'elle a personnalisée elle-même, et discutons de sa passion pour les motos.

La récompense pour un travail exigeant.

La récompense pour un travail exigeant.

Micha réside en Autriche, dans la région de Voralberg, mais parcourt chaque jour une centaine de kilomètres pour se rendre sur son lieu de travail, une clinique de réhabilitation dans le pays voisin, en Suisse. En tant que responsable des « communications et du marketing », son travail est à la fois intense et exigeant, mais aussi passionnant. « Je ne travaille que quatre jours par semaine, mais mes journées sont remplies de réunions et de to-do lists à accomplir. Pour moi, la moto est le meilleur divertissement. »

+ Lire la suite

Un son inoubliable.

Un son inoubliable.

Micha ne se souvient pas exactement quand sa passion pour les motos a débuté. « Mais je me souviens très clairement que lorsque j'étais enfant, j'étais survoltée chaque fois que j'entendais une moto passer. J'adorais le bruit du moteur », se souvient-elle. Personne dans sa famille ou dans le quartier n'avait de connexion avec les motos à l'époque, donc quelque chose d'autre a dû inspirer la jeune fille pour qu'elle économise et s'achète sa première moto dès qu'elle a commencé à gagner de l'argent par elle-même.

+ Lire la suite

Une soif d'aventure

Lorsqu'elle était adolescente, elle partait avec des amis qui partageaient sa passion dans toute la région sur des motos enduro et trial, dans des carrières de gravier désaffectées et sur les pistes des clubs de moto tout-terrain, acquérant ainsi une expérience considérable, qui lui serait plus tard utile lors de son aventure enduro de deux semaines dans le Caucase en 2012. « Mon expérience en Géorgie a eu un grand impact sur moi, et pas seulement à cause de l'accident : ma façon de penser a profondément changé », confie Micha, en nous montrant son poignet gauche.
« C'était vers la moitié du voyage, dans la campagne de Tiflis. J'étais en confiance après un certain nombre de kilomètres sans problème. J'ai voulu frimer, et j'ai commencé à me placer directement derrière le guide du tour. Je me trouvais sur un passage difficile avec de nombreuses ravines profondes et je pensais que je pouvais passer. Ma bonne humeur a rapidement disparu lorsque je suis tombée sur la tête et que je me suis fracassé la main gauche. »
+ Lire la suite
«
Même quand j'étais enfant, j'étais survoltée chaque fois que j'entendais une moto passer parce que j'adorais le bruit du moteur.
»

Michaela Sonderegger

Les heures passées dans l'atelier.

Les heures passées dans l'atelier.

Deux ans plus tard, elle décide d'échanger sa Supermoto pour une K 100. Elle s'est associée à l'atelier Fahr.Werk de Feldkirch pour customiser la moto, qu'elle avait récemment achetée à Burgenland. Cette moto que l'on appelle souvent la « moto la plus moche du monde » ou encore la brique volante. Elle a choisi ce véhicule pour son moteur à quatre cylindres en ligne plus que la moto en elle-même, qu'elle trouvait peu sexy. Une K 100 était un choix inhabituel pour une transformation. Mais les défis, c'est ce qui la motive.

Elle a donné un coup de main au garage, démonté toutes les pièces en plastique et les éléments inutiles, sablé les pièces pour les préparer à l'application du revêtement, fait des recherches sur les meilleurs phares, clignotants et autres composants, puis elle a trouvé un tapissier en Italie et lui a décrit son projet de selle. Elle a dessiné au crayon une ébauche de sa nouvelle moto puis a décidé de créer un contraste de couleur entre le réservoir et la selle, et remplacé le logo BMW par son propre logo « Kraftherz » peint à la main, en référence à son blog dédié à la culture deux-roues. Le résultat est une moto customisée qui est très plaisante, mais qui ne s'arrête pas pour autant aux premières gouttes de pluie.

+ Lire la suite

Jusqu'à Biarritz sur sa K 100

Jusqu'à Biarritz sur sa K 100

Elle a testé sa « K » pour la première fois en 2015, lorsqu'elle a fait le trajet jusqu'au Festival Wheels and Waves à Biarritz – contrairement à de nombreux participants, « qui se rendent au festival en voiture ou même en avion », regrette-t-elle. En plus de sa K 100, elle possède maintenant une vieille Honda CB 750 et une Harley Davidson « Shovelhead », sa moto favorite pour se relaxer et rouler sur les routes de campagne en soirée. « Le vrombissement brut et le fonctionnement mécanique du moteur de la Harley sont tout simplement incroyables », nous dit-elle, même si elle admet que sa « Shovelhead » a encore besoin d'être optimisée pour pouvoir encaisser des longues virées.

+ Lire la suite

Le prochain projet sur la liste.

Le prochain projet sur la liste.

Une chose est sûre : Michaela Sonderegger a trouvé la recette pour parvenir à l'équilibre entre sa vie professionnelle et personnelle. A la fin de notre discussion, elle nous fait même part de son prochain projet : s'attaquer à sa CB 750.

+ Lire la suite
Michaela Sonderegger, de Feldkirch, en Autriche, économiste et propriétaire d'une K 100, auteur du blog « Kraftherz ».
D'autres histoires susceptibles de vous intéresser.

Les autres modèles de la gamme.