R 90 CAFÉ RACER.

Une âme nordique et sa moto spéciale en Alaska.

Le look – classique.

On saisit tout de suite l'amour qu'il a dédié à sa moto. La peinture parle d'elle-même : le vert pastel rappelle le vert « céleste » du vélo de course classique Bianchi. La couleur blanc crème apporte une dose d'élégance et Perry Cowles s'est chargé des finitions en brun. Un ancien peintre d'enseignes qui gère maintenant son propre magasin devenu une institution de l'aérographie, Perry's Rod and Custom. Il habite aussi en Alaska.
L'attention portée aux détails et à la qualité se retrouve également dans le sac à outils en cuir customisé. Il s'adapte au cadre avec précision et il est donc en parfaite harmonie avec le cuir et le design de la selle. C'est le signe d'une véritable passion car depuis que ces photos ont été prises, la moto n'a pas cessé d'être repensée et redessinée dans les moindres détails. Même là où tout semblait déjà parfait. La selle et le rétroviseur arrière sont maintenant mieux assortis aux poignées du guidon en cuir avec de petites modifications au niveau du matériau. Et le carburateur standard Bing 32 a été remplacé par un Dell'Orto 38. Mais pourquoi un tel enthousiasme ?
+ Lire la suite

Des journées longues.

Des journées longues.

L'Alaska, 49e état américain. Un de ses surnoms : « La dernière frontière ». En regardant sur une carte, on comprend vite pourquoi : la Sibérie commence à l'ouest de l'Alaska. À l'est se trouve le Yukon du Canada. Vas un peu au nord et l'océan arctique te congèle les doigts de pied. L’Alaska est aussi connu pour être la terre du soleil de minuit. Ici, pendant la courte saison estivale, la lumière du jour est ininterrompue pendant quatre mois. Par conséquent, on a une vue parfaite sur le paysage. Ce sont des conditions idéales pour la moto. Mais en réalité, l'Alaska a aussi un côté sombre.

+ Lire la suite

De longues nuits.

De longues nuits.

Contrairement à la saison estivale où il fait jour en permanence, les hivers en Alaska semblent infiniment longs, noirs et terriblement froids. Une fois de plus, des conditions idéales pour le motocyclisme. À condition que l'on ait des amis partageant la même passion, un accès à un atelier, des outils adéquats et, bien sûr, le goût de la customisation. Le résultat d'un hiver pareil est alors au moins aussi spécial que les nuits sont longues. Ou simplement aussi beau que la BMW R 90 Café racer mémorable d'Erik.

+ Lire la suite

La passion n'a pas d'âge.

En-dehors de son atelier, Erik dirige sa propre agence d'assurances et de produits financiers. Cependant, il s'est lancé dans la customisation dès l'école, muni d'un rouleau. Et maintenant une Café racer ?
« Au final, la scène est plutôt imprégnée d'obscurité et de machines rebelles. Pourtant je recherchais un look plus clean, plus élégant, dans le style old café racer. Je suis trop jeune pour avoir un carénage et trop vieux pour avoir une crotch rocket [réplique de course]. J'étais un motard et pilote enthousiaste, qui peut maintenant être vu au travers du prisme des transformations. Par exemple, sur le poste de conduite proéminent et minimaliste ».
Sa passion semble illimitée. Alors comment Erik, étant père et mari, trouve-t-il le temps de faire tout cela ? La réponse est simple : en ne restant pas affalé dans le canapé devant la télé. Il trouve toujours quelques heures libres quand les enfants sont couchés ou pendant le week-end. Après tout, Erik construit aussi ses machines pour que ses enfants puissent les conduire plus tard. Il ne pense pas un instant à les vendre. En particulier quand il voit son plus jeune s'amuser autant quand il lui est donné d'aider son père à l'atelier. Enfin, aider ? Au moins, tous s'amusent. Et ça ne compromet aucun projet.
Erik parvient aussi à enseigner quelques notions à ses enfants dans l'atelier : responsabilité, sécurité, créativité, satisfaction, dévouement et passion. Et ça les aidera certainement à l'avenir. Si tu veux en savoir plus sur Erik et ses amis dans le Grand Nord, jette un coup d'œil à sa page Facebook.
+ Lire la suite
Accéder à la page facebook.
«
Je recherchais un look plus clean, plus élégant, dans le style old café racer. Je suis trop jeune pour avoir un carénage et trop vieux pour avoir une Crotch Rocket [réplique de course].
»

Erik Christensen

Voici cinq conseils d'Erik.

1. Construis la moto deux fois. Une fois avant de la peindre. J'ai commis l'erreur de ne la construire qu'une fois, et j'ai dû recommencer pour obtenir le résultat que je voulais.
2. Prends ton temps. Développe un concept précis avant de commencer. Un montage qui échoue résulte souvent de décisions vacillantes.
3. N'écoute pas l'opinion des autres. Fais uniquement ce qui te semble juste. Car au bout du compte c'est toi qui finiras par aimer et conduire la moto.
4. Quand ton estomac gronde, pense aux fondamentaux pour monter ta moto : du café, de la bière et de la pizza.
5. Ne sacrifie jamais tes enfants ou ton mariage pour une moto. Quand tu seras vieux, il est peu probable que la moto s'occupe de toi.
+ Lire la suite
D'autres histoires susceptibles de vous intéresser.

Les autres modèles de la gamme.

spinner